C’est l’histoire d’un homme qui a plusieurs cordes à son arc. On le connaît comme chanteur mais il est également producteur, parolier et acteur. Un homme aux multiples facettes qui a été couronné de succès pendant l’âge d’or du RnB, entre les années 90 et le début des années 2000.

glcover

 

Enfance musicale – Dans l’ombre du père

Le petit LeVert ne pouvait pas échapper à la musique, c’était le chemin qu’il devait prendre. Gerald est né le 13 juillet 1966 à Philadelphie mais grandit à Cleveland. Quand on vous dit qu’il était prédestiné à la musique, c’est parce que son père faisait partie du groupe de RnB The O’Jays. Le groupe naquit dans l’Ohio en 1958, un quintette formé par Eddie LeVert (père de Gerald), Walter Williams, William Powell, Bobby Massey et Bill Isles. C’est en 1963 qu’ils commencent à percer en atteignant pour la 1ère fois le Billboard Hot 100, à la 93ème place avec le titre Lonely Drifter. Jusqu’en 1972, le groupe connaît une traversée du désert et 2 de ses membres s’en vont, Bobby Massey et Bill Isles. C’est pile à ce moment là que le groupe signe avec Gamble & Huff, une équipe de producteurs et de paroliers qui vont les propulser dans les charts et leur redonner un second souffle. A partir de ce moment-là, le groupe domine les années 70 en sortant 8 albums qui arrivent à tous se classer dans le top 20 du Billboard 200. 

Ayant un père qui a du succès dans l’industrie, Gerald a dû se forger soi-même et ne pas être le fils de quelqu’un, mais être Gerald LeVert. Pas facile donc pour lui, qui en a souffert mais qui est tout de même arrivé à s’en sortir.

ojays

The O’Jays

1ère envol – Tripler ses chances 

C’est en 1983 que Gerald veut voler de ses propres ailes musicales et abandonner l’ombre du père qui plane au dessus de lui. C’est avec son petit frère Sean LeVert et son ami Marc Gordon qu’il monte le trio appelé LeVert. Alors qu’il n’a que 17 ans et qu’il est toujours à l’école, ça n’empêche pas le trio de tourner dans les clubs de Cleveland et de rouler sa bosse. Et c’est en 1985 que la chance leur sourit avec la sortie de leur single I’m Still sorti sur le label indépendant Tempre qui rencontre du succès auprès du public et qui se hisse même à la 70ème place du Billboard RnB Charts, pour y rester 8 semaines !

Grâce à ce succès, le groupe parvient à signer sur le fameux label Atlantic Records l’année suivante. Cette même année, le groupe sort la chanson (Pop, Pop, Pop, Pop) Goes My Mind, se plaçant 1er du Billboard RnB. La machine est lancée et le succès au rendez-vous ! Ensemble, le groupe place tous ses singles dans le top 10 des charts, avec des titres comme Addicted to You, Just Coolin’ ou encore Baby I’m Ready qui se hissent tous à la 1ère place des charts RnB.

 

levert

 

1991 – le succès solo l’appelle sur une ligne privée

Du haut de ses 25 ans, Gerald a déjà une grande carrière derrière lui mais il veut se lancer dans le bain tout seul. Il sort son album Private Line et c’est le succès ! Sur le label East West, l’album sort et c’est un carton qui se classe 1er du Billboard RnB et qui termine disque de platine, rien que ça. 4 singles issus de l’album terminent en 1ère position dans les charts, dont le titre éponyme mais également le titre Baby Hold on to Me qui a une saveur spéciale puisqu’il s’agit d’un morceau en compagnie de son père. Alors qu’on aurait pu penser qu’il en voulait un peu à son père qui l’a mis sans le vouloir dans l’ombre, non, Gerald l’invite sur un morceau qui termine 1er des singles.

 

 

1992 – Il n’oublie pas son 1er amour

Alors que le succès est à son pic notamment grâce à une tournée de 20 dates dans les Etats-Unis où il se produit avec R. Kelly et qui va permettre à ce dernier de se faire connaitre et à créer le hit 12 Play, Gerald ne laisse pas de côté son trio magique, LeVert. En effet, cette même année, le groupe enregistre l’album For Real Tho’  et puis en 1997 The Whole Scenario, qui sont comme on peut s’y attendre de gros succès. En tout, ce sont 7 albums qu’il sort avec son groupe.

 

1994 à 2003 – La machine à hit

Ces années-là, on ne peut plus arrêter Gerald LeVert qui transforme tout ce qu’il touche en or. La preuve en est avec ses 7 albums sortis qui atteignent tous la 2ème place des charts, notamment avec Father and Son, album où il chante avec son père. C’est grâce au public que cet album a vu le jour car à chaque concert, le père de Gerald venait sur scène et puis le public leur demandait à chaque prestation d’en faire un album. Il y a également eu G, Love & Consequences ou encore Stroke of Genius qui lui atteint la 1ère place en 2003 !

 

1997 – RnB All Star 

Les boys band sont à la mode à cette époque là et Gerald le sent. C’est après avoir enregistré le titre You Will Know avec les Black Men United pour le film Jason’s Lyric qu’il décide de monter un trio avec des valeurs sûres du RnB Game de l’époque, Keith Sweat et Johnny Gill. Leur album Levert.Sweat.Gill sort en novembre 1997 et c’est le chaos auprès de la gente féminine qui propulse l’album dans le top des charts. En 2002, le groupe remet le couvercle avec la sortie de LSG2 mais qui rencontre moins de succès que le 1er volet, qui lui s’était écoulé à 2 millions de copies ! Bien que le groupe n’ait sorti que 2 albums, le groupe est toujours considéré comme étant l’un des meilleurs du RnB et le succès de My Body y est pour beaucoup de choses.

 

1998 – « J’arrête »

Sorti cette année, l’album Love & Consequences a été l’album le plus difficile à enregistrer pour lui. En 1998, il souffre d’une terrible rupture avec sa femme qui a failli mettre un terme à sa carrière. LeVert s’est confié à ce sujet en disant qu’il considérait d’arrêter la musique, qu’il ne pouvait plus chanter des chansons d’amour en sachant qu’il était fautif de l’échec de sa relation. Malgré la douleur, il réussit à terminer l’album. Le succès est comme d’habitude au rendez-vous mais le coeur y est moins cette fois-ci…

 

2006 – Clap de fin

Après avoir sorti un album compilation en 2005, Vocals, l’année suivante l’artiste décède tragiquement. Alors qu’il vivait paisiblement dans sa ville de Cleveland, l’artiste qui s’était fait opérer en 2005 et qui devait prendre des antidouleurs, en abuse. C’est ce 10 novembre 2006 qu’il succombe à un cocktail de vicodine, xanax et autres antidouleurs.

Gerald LeVert, l’artiste aux nombreux hits, autant pour lui que pour d’autres artistes, s’en va à ses 40 ans. Il laisse derrière lui un héritage de 7 albums avec son trio LeVert, 2 albums avec le groupe LSG, 10 albums de son vivant mais surtout il laisse une marque indélébile sur le RnB, influençant la plupart des artistes d’aujourd’hui…

lev