bm

Alors qu’il fait la couv’ du magazine Latina, Bruno Mars en profite pour discuter de plusieurs thème. Il commence d’abord avec l’amour pour la musique qui lui est venu de son père. Il lui apprenait à jouer au bongo. C’est comme ça qu’est né le désir d’être un artiste pour le petit Bruno Hernandez. D’ailleurs, pour la petite histoire, lorsqu’ils vivaient à Puerto Rico et puis à Hawaii, son père était reconnu comme étant un des plus grands macs de l’époque, avec les bagues clinquantes, la veste en veloure rose et la grosse Cadillac.

Après cette petite entrée, Bruno aborde un thème plus dur, l’injustice. Il n’en revient pas qu’on puisse encore en parler en 2017 aux USA. C’est un thème qui a été ressassé pendant des décennies et on revient dessus. Il parle également de la mixité et comment les gens voient cela. Il dit que les gens ont tendance à les mettre dans la zone « grise », que c’est génial et qu’on peut se faire passer pour 2 nationalités différentes ou même plus. Selon lui, les gens se trompent car c’est exactement le contraire. Quand on est issu d’un couple mixte, on n’a pas la vie si facile et il est même difficile de se construire une identité propre. Pour lui, il est impératif de ne pas faire ressentir à ces personnes ce sentiment de non-appartenance car ça blesse. Mais c’est difficile car ceux qui jugent n’ont pas vu et n’ont pas ressenti ce sentiment où les 2 cultures s’entrechoquent.

Concernant la music « black », Bruno Mars dit qu’elle regroupe le rock, le jazz, le RnB, le doo-wop, le hip-hop ou encore la motown car ces styles sont issus des influences africaines. Pour lui, la « black music » veut tout dire et c’est ce qui a donné du style aux USA. Il a été élevé avec les sons des années 90 en écoutant Whitney Houston, Diddy, Dre, New Edition, Babyface, Aaliyah ou encore les Boyz II Men. Enfant, c’est ce qui passait sur MTV et sur la radio, c’est ce qui s’écoutait pendant les barbecue et à l’école. C’est ce qui l’a inspiré, lui originaire de Puerto Rico. Ces personnes qu’ils citent ont été une inspiration pour lui, ils lui ont montré le chemin du succès et sans eux, il n’y aurait jamais eu de Bruno Mars. Pour lui, il faut à chaque fois se donner à fond et chanter comme si Jodeci allait performer après vous ou encore danser comme si Bobby Brown allait monter sur scène après vous.

Enfin, l’un des derniers thèmes qu’il aborde furtivement est celui de sa mère. Quand il lui a été demandé si sa vie d’artiste avait changé quand il a perdu sa mère, à l’image de Kanye West qui, quand il a perdu sa mère, il s’est donné corps et âme à la chanson. Mars lui ne sait pas vraiment comment répondre à la question. Il dit qu’en tout cas, sa vie a changé depuis ce moment, qu’elle vaut plus que sa musique et qu’il donnerait tout pour la récupérer, même sa carrière. Pas facile d’en savoir plus sur sa vie privée, lui qui la garde si secrète…